SERVICE CLIENTELELun - jeu 08:00 - 17:00 / Ven 08:00 - 12:0000800 3242 5056customerservice@swarovskioptik.com

Liste des RevendeursTrouver des revendeurs à proximité de vousAccéder à la liste des revendeurs
Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, hunter binoculars and backpack Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, hunter binoculars and backpack Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, hunter binoculars and backpack

DANS LES ALPES SUISSES AVEC LES JUMELLES EL RANGE TA

La chasse au chamois

Temps de lecture: 5 minutes

Depuis plus de 10 ans, Fabien Prétôt ne manque jamais le jour de l’ouverture de la saison des chamois. En septembre 2020, il s’est donc rendu dans les Alpes suisses du canton du Valais, pour rester fidèle à cette tradition. Cette fois-ci, toutefois, il était accompagné de moi, son frère Vincent, ainsi que des nouvelles jumelles EL Range TA.

« Le design des jumelles EL Range TA est ergonomique et simple, et elles sont esthétiques. Elles me plaisent vraiment. »Fabien Prétôt

Chaque année, le rituel est le même : Fabien part dans la nature sans son fusil, quelques jours avant le début de la saison, pour se préparer à la chasse. Il installe et range son camp de base à 2 000 m d’altitude, puis planifie les prochains jours de repérage. Lorsque nous partons à leur recherche, les chamois sont déjà là, et en nombre. C’est un excellent signe, qui emplit nos cœurs de joie.

Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, landscape mountains

Nous apercevons rapidement de grands groupes de femelles avec des chevreaux et des individus d’un an et demi, certainement leur progéniture de l’année précédente, qui reste encore à leurs côtés. Ces groupes vivent à l’altitude du camp de base, voire plus haut. Les champs jaunes et verts sont sillonnés de roches granitiques, de rochers et d’éboulis. Les chamois paissent dans les hauteurs, au-dessus de la ligne des arbres, là où les aiguilles des mélèzes virent déjà au jaune, les unes après les autres. La nature semble apprécier autant que nous les derniers jours de soleil et de chaleur. Elle nous a généreusement fourni beaucoup de nourriture, tout autour de nous : des myrtilles sucrées aux baies de genévrier, en passant par les fruits rouges et les champignons des montagnes, tous prêts à être cueillis. Il est grand temps que tout le monde, comme nous, parte à la cueillette et se prépare pour l’hiver à venir.

Équipé des nouvelles jumelles EL Range TA, Fabien peut explorer les pentes et les rochers les uns après les autres, de l’aube jusqu’à la fin de la soirée. Grâce à ses nombreuses années d’expérience, il connaît plusieurs endroits idéaux depuis lesquels observer les environs.

Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps H/ - binoculars standing on stone - 6913
Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps H/ - observing - 6812
La définition élevée

des jumelles lui permet d’identifier les animaux avec précision, et ainsi, de déterminer correctement leur âge, leur sexe, la taille de leurs cornes, leur état de santé, leurs habitudes, leur attitude et bien d’autres critères.

Dimanche soir, après un aller-retour pour apporter son fusil au camp de base, Fabien prépara son plan pour le lendemain matin. Pour le premier jour de la saison, il avait choisi de traquer des chamois qui se trouvaient à plus d’un kilomètre, à vol d’oiseau, de nous. En raison des reliefs et du dénivelé du terrain, nous nous attendions à mettre près de deux heures pour atteindre le groupe, qui paissait près d’un immense d’éboulis de rochers verts autour des crêtes de la montagne.

« Les jumelles EL Range TA m’aident non seulement à voir plus d’animaux sauvages et à vivre une meilleure expérience d’observation, mais également à la partager avec d’autres. Maintenant, je peux leur montrer ce qui m’incite à m’aventurer si souvent dans les bois. » Vincent Prétôt

La grande femelle qu’il avait aperçue se tenait toujours sur le côté du groupe, restant toujours au moins à cinquante mètres de distance des autres. Quelques rares chevreaux essayaient de l’approcher, mais elle tenta de les intimider en les menaçant de ses cornes et en les repoussant vigoureusement. Cependant, cela semblait amuser les chevreaux, qui revenaient la taquiner.
Le cou de la femelle était plus fin, plus élancé et plus long que celui des autres mères allaitantes autour d’elle ; ses cornes étaient beaucoup plus grandes, serrées l’une contre l’autre, et décrivaient sur toute leur longueur une courbe élégante, qui se terminait par un crochet fin et pointu. Sa fourrure paraissait ébouriffée et décolorée, délavée et terne. Son masque dessinait sur son visage deux bandes aux contours doux et estompés. Toutes ces observations permirent à Fabien d’en savoir plus sur la femelle et de l’évaluer. C’était certainement une vieille femelle, sans chevreaux ; ce point était essentiel, car le canton du Valais n’autorise pas les chasseurs à prélever des mères allaitantes.

Avant même les premières lueurs de l’aube, nous étions prêts et attendions que le jour chasse l’obscurité. Deux cents mètres devant nous se trouvait l’éboulis où les chamois étaient la veille au soir. Comme nous pouvions enfin distinguer les rochers de l’herbe, tandis que la silhouette des pins se découpait contre le ciel, Fabien vit, avec ses jumelles, plusieurs chamois qui se rendaient sur l’aire d’alimentation. Chaque minute qui passait nous permettait de mieux distinguer la scène qui se déroulait sous nos yeux.

Un groupe de sept chamois se tenait sur la pente escarpée devant nous, quatre femelles et trois chevreaux. Nous prîmes le temps d’observer le groupe une fois encore, en essayant d’associer les chevreaux et les mères. La jeune aux cornes serrées avec ce chevreau-là, le chevreau à la robe plus foncée avec cette autre mère. Et sur le côté, comme d’habitude, la femelle la plus âgée, la plus grande du groupe, semblait à nouveau rester seule.

« Si vous pratiquez la chasse en montagne ou vous passez plusieurs jours d’affilée au grand air, vous allez affronter toutes sortes de conditions météorologiques avec lesquelles vous devez composer. Mais cela ne fait-il pas partie du plaisir ? »Vincent Prétôt
Hunting chamois with the SWAROVSKI OPTIK EL Range TA in the Swiss Alps, hunter from the side walking Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, hunter stalking rocks

Un moment s’écoula sans qu’aucun autre chamois ne rejoigne le groupe, ce qui ôta à Fabien ses derniers doutes. Il me regarda et, d’un signe de la tête, il me fit comprendre qu’il allait tirer, confiant. Une dernière vérification avec le télémètre confirma la distance, deux cent huit mètres, et quelques clics de la tourelle mémorielle permirent de corriger la chute de la lourde balle.
Le coup de feu tonna et retentit plusieurs fois dans la vallée encore endormie, et six chamois s’enfuirent vers les sommets, désormais conscients que la saison de la chasse avait commencé.

« J’emporte les jumelles EL Range TA avec moi partout où je vais, chaque fois que j’ai besoin de jumelles : pour la chasse au chevreuil en été, pour repérer le gibier, pour préparer la saison et surtout, pour la chasse en montagne. » Fabien Prétôt
Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps H/ - walking with the EL Range TA
Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps H/ - hair chamoise 7686
Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps H/ - tracking assistant - 7667
« J’utilise continuellement les jumelles EL Range TA pour la chasse, mais aussi pour toutes les autres activités en plein air : aller observer la migration des canards au printemps, préparer la saison de chasse en été, ou tout simplement pour le plaisir de faire de la randonnée en montagne pendant les vacances. Ces jumelles sont mon compagnon de tous les jours. »Vincent Prétôt

Cette expérience démontre, une fois encore, que la qualité du matériel est importante et que de bonnes optiques sont indispensables pour pratiquer une chasse éthique et respectueuse des animaux, des lois de la nature et des lois des hommes. Toutefois, elle démontre également que le matériel ne fait pas tout. L’expérience, la préparation, la connaissance de l’animal, de l’environnement et du terrain jouent un rôle prédominant.

Ensemble, ces éléments permettent aux sportifs de réaliser des choix et des prélèvements rapides et éthiques, dans un profond respect de l’animal et avec une appréciation sincère de la nature qui nous accueille, chaque année, pour une nouvelle saison de chasse.

« Mes équipements préférés sont les jumelles EL Range et la lunette de visée Z6i 2,5-15x56, qui est très polyvalente pour mon style de chasse. »Fabien Prétôt
Hunting chamois with the SWAROVSKI OPTIK EL Range TA in the Swiss Alps, hunter looking through the binoculars

À propos du chasseur :

Fabien Prétôt (le grand frère)


Fabien Prétôt aime la chasse et l’alpinisme. Il est né en 1985 et a repris l’entreprise familiale de couverture, aujourd’hui dans sa troisième génération. Il est fasciné par la nature et tout ce qui y a trait. Pendant ses chasses, il est accompagné de différents produits SWAROVSKI OPTIK, qui l’aident à prendre la bonne décision lorsqu’il choisit l’animal qu’il veut prélever. Grâce aux optiques de qualité supérieure, il peut atteindre sa cible avec précision et prélever l’animal rapidement, en minimisant ses souffrances.

Suivez-le sur Instagram ou YouTube.

Hunting chamois with the EL Range TA in the Swiss Alps, Portrait Vincent Prétôt

À propos de l’auteur :

Vincent Prétôt (le petit frère)


Vincent Prétôt , né en 1992, est passionné de chasse et de photographie et originaire de Suisse. Ses produits SWAROVSKI OPTIK (EL Range TA 10x42 et Z8i 2-16x50 P) l’aident à pratiquer une chasse responsable, en choisissant le bon animal et en le prélevant avec un tir précis. Ingénieur en microtechnique de formation, il aime photographier la beauté de la chasse et partager les histoires qui l’accompagnent.

Suivez les frères Prétôt sur Instagram ou YouTube.

Swarovski Optik Riflescope Z8i 16x50P
Z8i 2-16x50 PRIGHT AT HOME ANYWHERE
EL Range TA 10x42 Swarovski Optik
EL Range (with Tracking Assistant)GROUND-BREAKING PRECISION