Menu


Catégories

Service

SERVICE CLIENT
K19 ATX 115 perspektivisch HRes RGB - lens cropped
ALLER À MY SERVICE

Produits et services techniques, Conseils et soins, Tutoriels, Documents à télécharger, Déclarations de conformité

SERVICE CLIENTELELun - jeu 08:00 - 17:00 / Ven 08:00 - 12:0000800 3242 5056customerservice@swarovskioptik.com

Liste des RevendeursTrouver des revendeurs à proximité de vousAccéder à la liste des revendeurs
Votre langue:
CHfrançais
!!! Willie Duley, hunting Wapiti!!! Willie Duley, hunting Wapiti!!! Willie Duley, hunting Wapiti

LA CHASSE AU WAPITI AVEC LA LONGUE-VUE ATC

DANS LES MONTAGNES DE NOUVELLE-ZÉLANDE

Temps de lecture: 5 minutes

Au fil des ans, mon père Greg et moi nous sommes rendus de nombreuses fois à Fiordland, à l’occasion du tirage au sort de chasse au wapitiorganisé par Fjordland Wapiti Foundation. Pour une raison quelconque, nous n’avions jamais réussi à convaincre ma mère Fiona de se joindre à nous. Par miracle, nous sommes parvenus à la persuader de s’inscrire au tirage au sort en 2021 ; sa bonne fée devait veiller sur elle, car, ô surprise, elle a remporté un permis de chasse pour le secteur de Lower Glaisnock pour la troisième période au mois d’avril 2022.

!!! ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ - Karte Route!!! Willie Duley, the ATC

LA PRÉPARATION : LORSQUE LÉGÈRETÉ ET COMPACITÉ SONT ESSENTIELLES

Chaque excursion avec Fiordland Wapiti Foundation commence par des semaines de planification et de préparation préalables. Nous avons ausculté de nombreuses listes de matériel et avons été absolument impitoyables lors du choix de ce que nous emporterions. Minimiser le poids est d’une importance primordiale, car vous transportez, dans votre sac à dos, votre équipement pour dix jours d’excursion. Heureusement pour nous, nous emportions la nouvelle longue-vue d’observation ATC de SWAROVSKI OPTIK. Son incroyable compacité et sa légèreté correspondaient parfaitement à notre long périple avec nos sacs à dos.

JOUR 1 – NOTRE AVENTURE COMMENCE

Après un départ matinal dans la petite ville lacustre de Te Anau, nous avons embarqué sur des bateaux pour traverser le lac jusqu’à la limite de notre secteur. Nous avons ressenti un léger choc culturel lorsque d’imposants pics et montagnes se sont soudainement dressés au-dessus de nous. Un jour, j’ai entendu quelqu’un décrire Fiordland comme la forêt amazonienne perchée au sommet de l’Himalaya. Je pense que pour les personnes qui ne s’y sont jamais aventurées, c’est une description assez exacte.

ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ AC70074 cropped
!!! Willie Duley - day 1, 3
LA RIVIÈRE GLAISNOCK

Équipés de nos sacs à dos, nous avons traversé les eaux peu profondes de la rivière Glaisnock et avons commencé à gravir la pente escarpée de 800 mètres vers les sommets Nitz-Newton. Après quatre heures passées à nous frayer un chemin à travers le sous-bois sauvage, nous avons franchi la limite de la brousse et sommes entrés dans la région alpine. N’ayant pas repéré d’animaux, nous avons monté le camp et rêvé des neuf jours qui nous attendaient encore.

JOUR 2 – BONJOUR, LES KÉAS !

Après avoir levé le camp, nous avons grimpé vers les hauteurs et avons été récompensés par de superbes vues panoramiques surplombant le lac Te Anau. Le brame aigu d’un wapiti nous a incités à localiser le premier animal de notre excursion. Après l’avoir repéré, nous l’avons observé plus attentivement avec la longue-vue d’observation ATC et avons confirmé qu’il s’agissait d’un jeune mâle. Il était encore à quelques années de sa pleine maturité, et nous avons donc poursuivi notre chemin et continué à progresser vers les hauteurs.

Nous avons ensuite rencontré l’un des personnages les plus colorés de l’arrière-pays néo-zélandais, l’audacieux kéa (Nestor notabilis). Cet oiseau est l’unique perroquet alpin au monde ; il est très curieux, et voudra continuellement jouer avec votre équipement et vous suivre partout où vous allez. Bien sûr, cela n’a pas facilité notre chasse, mais il s’agit d’une facette vraiment remarquable de l’expérience de la chasse en montagne en Nouvelle-Zélande. Le kéa est maintenant considéré comme une espèce en voie de disparition, en raison de la prédation par les mammifères introduits ; c’est pourquoi les chasseurs organisent de vastes opérations de piégeage des prédateurs et des études pour aider le kéa à survivre.

Le soir, nous avons installé notre campement dans un endroit abrité, car nous nous attendions à des vents violents et de fortes pluies au cours des prochains jours. Ma mère Fiona n’avait jamais vécu de tempête dans le Fiordland, et était un peu inquiète. Nous l’avons rassurée en lui disant que cela faisait partie de l’expérience de la chasse au wapiti.

!!! Willie Duley Day 2!!! Willie Duley - day 2, 5

JOUR 3 – DE FORTES PLUIES

Comme prévu, à notre réveil, nous avons été accueillis par de la bruine et des vents forts. Nous sommes restés dans la tente la majeure partie de la journée, et nous ne nous sommes faufilés dehors que pour scruter brièvement les alentours ou faire bouillir de l’eau sur le réchaud, lorsque le temps nous accordait un peu de répit. Nous pensions avoir choisi un emplacement relativement sûr pour affronter ces intempéries...

JOUR 4 – DES TENTES MOUILLÉES ET UN MÂLE À 10 CORS

Des pluies extrêmement fortes se sont abattues pendant la nuit, beaucoup plus intenses que ce que nous attendions. Au petit matin, nos campements ont commencé à être inondés. Malgré nos tentatives pour creuser des canaux de drainage et évacuer l’eau avec des seaux, la tente de Greg et Fiona a été perdue. Ils ont abandonné leur navire et rejoint ma tente et celle d’Emil, le caméraman, avec tout l’équipement sec qu’ils ont pu récupérer, et nous nous sommes serrés les uns contre les autres, parmi les sacs de couchage et les doudounes détrempés, en espérant que l’aube ne tarderait pas trop.

Heureusement, le temps s’est ensuite éclairci, et nous avons pu faire sécher toutes nos tentes et notre équipement. Nous avons réussi à repérer quelques wapitis pendant la journée, notamment un mâle à 10 cors, de l’autre côté de la vallée. L’évaluation avec la longue-vue d’observation ATC a révélé qu’il était assez âgé pour être abattu. Toutefois, abattre un mâle maintenant aurait signifié la fin de notre excursion, car cela aurait alourdi nos sacs de 30 kilos supplémentaires – beaucoup trop de poids pour nous permettre de poursuivre notre voyage.

!!! Willie Duley - day 4, 1ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ - day 4 AC70608 quer
ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ - day 4 AC70639 quer

JOUR 5 – UN NOUVEAU CAMPEMENT

Le ciel était clair à l’aube, et nous sommes partis pour un nouvel endroit ; nous avons effectué une longue descente, suivie d’une nouvelle montée, avant de contourner un vol de kéas pour atteindre notre nouveau campement en altitude. Les nouvelles perspectives de chasse étaient captivantes, et nous avons rapidement repéré quelques femelles et jeunes mâles, mais pas le mâle que nous recherchions vraiment.

JOUR 6 – DES OBSERVATIONS PROMETTEUSES

Mon père Greg et moi sommes partis avec un équipement simple pour la journée, ainsi que la longue-vue d’observation ATC, car nous voulions privilégier la rapidité et la légèreté. Au sommet de la crête, j’ai rapidement repéré un mâle à 12 cors, mais il n’avait pas encore atteint sa pleine maturité. Néanmoins, ce fut un instant gratifiant d’observer cet animal impressionnant, qui parcourait le bassin en se nourrissant.

Plus tard, nous avons aperçu, au loin, un grand mâle dont la silhouette se découpait sur la ligne d’horizon, de l’autre côté de la vallée principale – un animal qui méritait certainement d’être observé de plus près. Nous avons décidé de redescendre et de camper au-dessus de l’orée de la brousse pour la nuit, en scrutant à la fois les plaines et la vallée où nous avions vu le grand mâle.

!!! Willie Duley - day 6, 2
!!! Willie Duley - day 6, 3
!!! Willie Duley - day 6, 5

JOUR 7 – LA DESCENTE

Nous avons décidé de lever le camp et d’effectuer la descente abrupte et inconnue à travers l’épaisse canopée jusqu’aux plaines, plus bas. Nous espérions ainsi trouver une meilleure position depuis laquelle repérer le mâle de la veille, mais nous n’avons observé que quelques juvéniles qui effectuaient leur ronde sur les plaines. De plus, la brise qui remontait la vallée n’améliorait certainement pas nos chances. Nous nous sommes installés pour la nuit, alors que les prévisions météorologiques annonçaient de la pluie.

En règle générale, tous les équipements dédiés à la chasse en montagne, notamment les optiques à longue portée, reposent sur un compromis – performances et fonctionnalité contre poids et taille. À mon avis, la longue-vue ATC atteint ce compromis à la perfection. Elle est suffisamment légère et compacte pour vous inciter à l’emporter à chacune de vos sorties, tandis que son grossissement 17-40x est bien adapté à son objectif de 56 mm en termes de captation de lumière. Je pense que vous vous féliciterez d’avoir votre longue-vue ATC à vos côtés lors de vos excursions, puisque sa compacité permet de la garder à portée de main et de la déployer si vous repérez un animal ou vous souhaitez observer quelque chose. Elle se glisse dans les poches extérieures de la plupart des sacs à dos et tient même confortablement dans la main.Willie Duley

JOUR 8 – REPOS ET REPRISE

La bruine persistante nous a contraints à passer le plus clair de la journée sous la tente. C’était agréable de se reposer un peu, après quelques longues journées de marche. Nous avons réussi à retrouver le grand mâle en altitude, à l’occasion d’une éclaircie le soir, et avons décidé de remonter vers les hauteurs pour aller le chercher le lendemain matin.

JOUR 9 – LE GRAND MÂLE WAPITI

Quittant le camp de bonne heure, nous avons suivi un ancien couloir d’avalanche recouvert de végétation pour grimper vers les sommets. Nous espérions que les vents thermiques qui réchauffaient l’air et soufflaient vers les hauteurs nous resteraient favorables. Au moment où nous avons atteint la crête, nous avons vu les femelles s’éloigner au trot et disparaître. Le grand mâle les suivait, et nous nous attendions à ce qu’il s’éclipse, lui aussi. Mais pour une raison inconnue, il s’est arrêté et s’est installé sur la crête. Nous n’arrivions pas à croire à notre chance.

Nous étions encore à 700 mètres de lui, et nous avons fait de notre mieux pour parcourir rapidement cette distance, tout en restant hors de sa vue. Arrivés au dernier virage, nous avons jeté un coup d’œil furtif et nous l’avons repéré, toujours installé au même endroit. Quel soulagement !

C’était un mâle mature à 12 cors, âgé de huit ou neuf ans. Lorsque Fiona était prête et installée avec le fusil à l’épaule, Greg a imité un brame, afin d’essayer d’inciter le wapiti à se mettre debout. Celui-ci s’est immédiatement levé, puis il a fait demi-tour et s’est élancé dans notre direction, en bramant. Plus il s’approchait de nous, plus l’attente devenait intense. Lorsqu’il s’est arrêté en nous présentant son flanc, Fiona a saisi sa chance. Nous avons été submergés par l’émotion.

Prélever un animal aussi majestueux laisse toujours un sentiment doux-amer. Nous étions ravis d’avoir finalement réussi, après neuf jours de marche parmi les montagnes, mais nous aurons toujours des remords pour l’animal et le fait d’en priver le troupeau.

ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ - day 9, images AC72124 cropped!!! Willie Duley - day 9, 1
ATC/STC Willie Duley hunting in New Zealand H/ - day 9, images AC72140 cropped

JOUR 10 – DE BONS SOUVENIRS

Le dernier jour de notre séjour de chasse s’est levé. Au bord du lac, aux côtés de mes parents, avec de nombreux souvenirs inestimables et beaucoup de gibier frais à partager, j’ai rapidement oublié toutes les difficultés, et je recommencerais sans hésiter ce voyage.

ID:605921

COMMENT LE WAPITI EST ARRIVÉ

EN NOUVELLE-ZÉLANDE


Le wapiti (un nom amérindien qui signifie « croupe blanche ») a été introduit pour la première fois en Nouvelle-Zélande en 1905, lorsque le président américain Theodore Roosevelt a fait don de 10 animaux au gouvernement néo-zélandais. Les animaux ont été relâchés dans la région de George Sound du parc national de Fiordland, l’un des paysages les plus accidentés et inhospitaliers de Nouvelle-Zélande. Malgré cela, le wapiti a prospéré et le troupeau restant est aujourd’hui géré par Fiordland Wapiti Foundation, qui organise chaque année un tirage au sort pendant la période du brame ou du rut du wapiti. Ce tirage au sort est considéré comme l’une des plus fantastiques expériences de chasse de la planète.

!!! Willie Duley - day 2, 2

À PROPOS DE

WILLIE DULEY


Willie Duley est un chasseur et défenseur de l’environnement passionné, originaire des contrées sauvages de la Nouvelle-Zélande. Il a grandi dans une famille fascinée par les activités au grand air et la nature, puisque ses parents étaient les producteurs de la célèbre publication NZ Hunter Magazine. Willie anime et produit une émission de télévision consacrée au plein air, NZ Hunter Adventures. En tant que père, il espère offrir à sa famille une enfance aussi enrichissante que la sienne, entourée de personnes, de lieux et d’animaux sauvages.

Aller àAperçu de toutes les histoires
Spotting Scopes Tips Hunting header image ID: 1219832Tips from the experts using a spotting scope COMMENT OBTENIR DES RESULTATS REMARQUABLES DES LE DEBUT. Temps de lecture: 2 minutes